First week back at school – Part Deux | Student Blog

We’re back with Alan, from Stratford upon Avon, Home of William Shakespeare. Alan is a young 57 year old student who has come to Rouen to learn French before a) embarking on a 1000 mile horse trek on the Route D’Artagnan through France and into Italy and b) with a view to living in France permanently. Read on to learn more about his first week as a student at FIN…


Salut, everyone! It’s now one week since I started at French in Normandy. I confess to being really tired at the end of each days lessons which seem to fly by. For the first time ever I have been able to understand NUMBERS in French! I always used to know how to count to about fifty, after that I could never work it out but I now know, understand and can calculate the numbers. That said, when you finally manage to understand how they build the numbers up in the language it seems very bizarre as an Englishman. Basically, they say for example; for seventy-seven – sixty plus seventeen! Which is soixante-dix-sept. Eighty is four times twenty – Quatre-vingt and ninety is four time twenty plus ten, in otherwords Quatre-vingt dix! I’ll let you work out what sixty nine is! Now I bet that has confused you all but our excellent Professeur, the slightly mad Viktor, makes it seem so normal and easy. Literally within one lesson I could understand and work out the numbers and even understand them when they were being said to me. Brilliant.

This week has also explained simple stuff like asking for someone’s email address and business card. Where they live? What they do for a living? Do they have a mobile number? Basically all the things you need when you want to start to exist and talk to someone in France.

What I think is very cool about the way we are taught is that it all comes mixed up within building the conversation. You learn to listen, to pronounce; then get to read it and then write it. By the time you have done that the phrases and words you have learned stay stuck in your brain without you realising it.

The best bit is that although Viktor has a structure to the lesson, if the students (étudiant(e)s en français) start to converse in French on a different subject he lets the subject run, interjecting and adding to our knowledge, using the internet in conjunction; to help us grow our vocabulaire and our comprehension. Just so unlike the school lessons I used to have!

I also went on a trip this week, with some of the students and a teacher, the lovely Christine, to Honfleur. It’s a beautiful port just thirty five minutes drive from Rouen. I had been there before years ago but going with fellow students and a French Professeur made it all seem slightly less like a tourist town. I’m sure I spotted some fellow Brits so I ducked my head and avoided eye contact and spoke French loudly so they didn’t recognise me as a brit as well. Nothing could be worse!

The weekend for me has been spent exploring a few French villages and enjoying very tasty French food and ‘les vins‘ – in the words of the advertisement – “le pain, du vins et le Boursin” except it was infinitely better local “fromages des pays“. All in all a very happy and satisfactory first week ‘en france‘. I’ll keep you posted next week.

Alan


Noël à French in Normandy | Dance like no one is watching

Nous avons passé un bon moment ensemble!

French in Normandy tien à remercier toutes les personnes qui nous ont rejoindre à l’école pour fêter cette saison magnifique!  Joyeux Noël et très bonnes fêtes de fin d’année ! 🎉


Dance like no one is watching

Danse comme si personne ne te regardait


1ST WEEK BACK AT SCHOOL | Student Blog

This week we invite Alan, a mature student from England, to tell us a bit about his first week at French in Normandy as part of a series on our student blog.


I wouldn’t have said I was your archetypal student, but then according to Eleri Maitland the Director and owner of French in Normandy there is no such thing as an archetypal student. I am not surprised to hear her say this, as Eleri is not your archetypal French School Teacher! For a start off, the owner of the best French language school in France is not French! She is very proudly, une Femme Galloise vivant en France. (‘a Welsh woman living in France’ for those uninitiated amongst you. Look at me speaking French already!) Eleri started the school some 25 years ago and with her excellent team have landed the top prizes in their industry. I am lucky enough to be enrolled for 15 hours of French language tuition a week in their cool and slightly chic school in the Sotteville region of Rouen. Home of such notables as Jeanne D ‘Arc and Guillaume Le Conquerant. As an Englishman in Rouen (Is that the name of a Sting track?) I should feel at home, after all we were ruled and spoke Norman French in England for 200 years. Richard the Lionheart (Coeur de Lion, as in the Camembert Cheese brand) was also the Duke of Normandy, and its true I do feel very much at home.

Right from the beginning when I had my assessment test with the friendly Vanessa I was made to feel at home. I was a little nervous I must admit, after all I am a 57-year-old returning to school to study French, the last time I was in a classroom was 42 years ago!

First of all, Vanessa sat me down with a cup of coffee and asked me to tell her a little about myself, in French of course – both the question and my answer! Now here is the thing; the key point; the point of no return, the tingling moment that you have to ‘man-up’ to when you enrol in a French language school in France – you have to get over your nerves, forget about maybe sounding a bit silly and actually talk. Even if you only know the word for Hello (Bonjour) that is enough. You just have to get over that one little hurdle.

Fortunately for me I knew and somehow remembered a few words and promptly murdered the French language with what was probably the worst grammar and worst accent poor Vanessa and the rest of France has had to endure since God was a boy! She was polite, smiles a lot and gently helped me stagger through a few sentences about where I was from, what I did for a living and such like. Then when she could bear the terrible French anymore (not that she gave anything away) I was led to the ‘ Technologie‘ room, that is to say a room full of laptops and screens, where I was asked to answer as best I could about 30 multiple choice French questions. Some of them I couldn’t even say out loud to myself, some I kind of recognised a few words and pretty well all of them I didn’t understand a single word and, so I guessed. Amazingly I scored 42%. I was obviously a language natural, a linguistic god in the making.

Not quite, it turned out after my week end break on the first proper day of school I was in class B1. I think that means Beginner 1. C’est la Vie, what did I expect? Well I did not expect Victor! He is Le Professuer. Now in England Professor conjures up images of a bald bespectacled slightly serious old man in a cap and gown, not some wacky, football loving, video game playing family man with a rather cute line in Gold lame pencil cases. From the off, we were in good hands as he digressed almost immediately from the prescribed curriculum into some hilarious expedition into the habits, loves and life of a fellow student all the way from Sainata in Japan, whose passion in life turned out to be world-wide wrestling, or as the French say La Lutte. The Japanese sounding, part English part French explanation to our puzzled French Professeur had him and us in stitches. I do not remember my French lessons at school being this much fun.

The rest of the morning flew by and at one o’clock Victor called time for lunch, that is one habit the French do extremely well and should never ever be allowed to alter. President Macron do you hear me? The French lunch-break should be sacrosanct in law.

What made this first day so weird was not so much Victor’s très bizarre humour and methods but the fact that by the end of that first morning, somehow, he had achieved the impossible feat of squeezing more knowledge of the French language into my old and small brain that in four years at my old comprehensive school. The fact that not once, in a class room full of international students ranging from ages 18 to 58 did I feel unwelcome, out of place, stupid or embarrassed. It bodes well for the rest of the week. I’ll let you know.

Alan


 

French in Normandy Review: Mia & Sinead talk about studying French in Rouen

French in Normandy Review

Mia & Sinead are from Dublin, Ireland and are studying the French language at French in Normandy in Rouen before starting classes at a French lycée. In this video they talk about how studying at French in Normandy is helping them achieve their goals, which activities they like and what it’s like living with a French host family. Check out this French in Normandy review video.


DELF DALF Exam Preparation at French in Normandy

FRENCH IN NORMANDY

3D Dedicated DELF DALF Exam Preparation Course


COURSE DESCRIPTION: This is our VERY special and unique in France exam preparation course of 25 hours per week including:

15 hours of general group lessons + 10 hours per week exam preparation workshops + free access to our daily language Clubs.

The morning classes (09:30 – 11:00 & 11:30 – 13:00) are devoted to improving general levels of vocabulary and structures, and working on basic oral skills and listening comprehension.

The afternoon sessions (14:00 – 16:00) are dedicated to mastering the complex exam techniques required by the French. Students will receive a personalised programme that concentrates on the areas where they feel they are weakest, typically the written expression exam and the oral exam. All 4 skills are covered, and each student has a mock oral test weekly with individual feedback.

Each student has a personalised progress and task chart where they can see what it is they have to do for every skill every week.

MATERIALS

We give students a DELF or a DALF preparation book on top of the ordinary French in Normandy grammar and exercise book that all students receive. The grammar part is important as many students have some basic problems with certain rules or lexicon, and they can be helped to eliminate these by using this part of their material.

In today’s world, most of our students arrive with a lap-top, smart phone or tablet, so we encourage students to put them to good use during their stay with us and to use these as an integral part of their personalised programme. By connecting to French in Normandy’s google drive, they can receive individually prepared worksheets, comments and engage with their teacher.

However, these tools are not obligatory, and students who come without such equipment are in no way penalized. Students can ask for a personalized programme on a USB stick or for paper versions of worksheets or whatever support suits them best.

EXAM LOCATION: Students take the exam in Rouen town centre with us at a training centre “Education and Formation” and results arrive around 5/6 weeks later.

REGISTRATION: French in Normandy publishes a calendar with all the exam and registration deadline dates for the year. The school can either do the registration for you (extra cost 60€), for example if the deadline is before your arrival or we can guide you how on do it on arrival.

You will need a copy of your passport or ID, 2 photos, a stamped addressed envelope (French stamps to the value of your home address) and black pens!

COURSE COSTS: (Examination fees/booking not included)

For 1-8 weeks: 330 € per week

For 9+ weeks: 319 € per week

Registration: 60 euros and Material fee: 110 euros

Special promotion: book 10 weeks or more and we will give you the exam free.

Courses run all year round starting any Monday, and the exam calendar is in the French in Normandy DELF DALF brochure enclosed.

CLASS SIZE: A maximum of twelve students.

ORAL TEST PREPARATION: Each student has a mock oral test every week with personalized feedback

LEVELS: Most of our DELF DALF students take B2 (15%) and C1 (12%) but we always have C2 (3%) and our results are excellent with a 97% overall pass rate in 2017.

Learn more or contact us to register.


Delf Online Course Enquiry

  • DD slash MM slash YYYY
  • Choose your desired program option. Note that the DELF Blended program consists of an online portion followed by 4 weeks of in-class DELF exam preparation at French in Normandy.


 

Formation de formateurs: Une perspective actionnelle pour le français au Monténégro


L’enseignement par les tâches répond-t-il aux besoins des enseignants de français dans les Balkans ?



Un ciel cérulescent sur une mer d’azur aux reflets turquoise dessine les contours de rochers déchirés qui se glissent en douceur sous ce voile que paraît être l’Adriatique, à ma droite. À ma gauche, ce sont les sommets enneigés des Alpes dinariques qui renvoient la lumière du soleil pour découper l’horizon.  La splendeur de la côte monténégrine est difficile à décrire. Quelques kilomètres de routes et la roche ocre et tannée, persillée de conifères odoriférants, se métamorphose en blocs superposés de granits usés, habités ça et là d’arbustes au feuillage chatoyant déjà des rougeurs multiples d’un automne qui semble pourtant encore lointain au voyageur d’Europe du Nord que je suis, tant l’air est doux et embaume la Méditerranée. Crna Gora, les Montagnes Noires, qui ont donné leur nom à ce pays.

Je ne soupçonnais pas ma chance quand j’ai été invité par l’association des professeurs de français du Monténégro, je ne soupçonnais pas le cadre dans lequel j’allais être reçu ; depuis ma chambre d’hôtel, un paysage sorti d’un film de Frederik Rossif.

L’équipe au grand complet des organisateurs et des membres de l’APFM est d’une vaillance prodigieuse. Les conditions du déploiement – ou devrais-je plutôt dire du maintien – de l’enseignement du français dans ce petit État yougoslave, indépendant depuis 2006, sont en effet particulièrement ténues. La lutte des langues y a toujours été vivace, évidemment. Autrefois à l’interface des empires austro-hongrois et ottoman, lieu d’intérêt géopolitique et de villégiature des empires napoléonien et russe également, les habitants du Monténégro ont toujours dû tantôt sourire et tantôt grogner, tantôt se soumettre et patienter afin de pouvoir, enfin, se révolter, pour que survive leur identité joyeuse, noble, indéfiniment mélancolique et, surtout, résolue à être. Qu’il est complexe, également, d’avoir en partage avec ses voisins une même langue (le serbo-croato-bosnico-monténgrain… mais pourquoi diable ne pas l’appeler tout simplement le « jezst », la langue ?) et, pourtant, de ne pas constituer le même peuple. La période yougoslave, qui avait su les rassembler sous la botte de Tito, y avait partiellement réussi. Une nostalgie de cette réussite fédérale est perceptible, mais que personne n’ose affirmer désirer revivre, car le spectre totalitaire n’inspire vraisemblablement aucune des âmes éprises de liberté que j’ai pu rencontrer à Rafajlovici.

Aujourd’hui, alors que la principale opportunité professionnelle des jeunes paraît de plus en plus se réduire soit au tourisme, soit à l’émigration, les choix faits par les responsables en terme de programme d’éducation aux langues se tournent, donc, essentiellement, vers ceux, parmi les idiomes des voisins, qui pourront permettre d’accueillir et de vendre du service, ou bien alors d’ouvrir la porte d’une émigration organisée et prometteuse d’une carrière véritable et d’une vie apaisée. Sur ce plan-là, notre voisin germanique, qui a bien conscience de son besoin d’aspirer les cerveaux bien formés des pays satellites de l’Europe et plus pauvres, ne masque pas un instant sa volonté de ratisser dès les bancs du collège. Et puis les Russes sont les plus nombreux sur les plages et dans les boîtes de nuit. Pour le français, l’image – et l’héritage – aristocratique paraît avoir de plus en plus de mal à faire son effet, la tendance du siècle étant manifestement au pragmatisme de l’urgence.

Ce n’est pas sans fierté, cependant, que les professeurs de français du Monténégro parlent de leur grand roi Nikola II, francophile engagé, qui fit venir de l’hexagone médecins et autres ingénieurs, pour faire sortir son pays du moyen âge post-ottoman et l’ouvrir au monde des échanges des biens et des idées.

C’est ainsi que, en recherche d’une manière d’enseigner plus efficace et saisie par la puissance pédagogique des propositions de l’approche neurolinguistique auxquelles elle a pu s’initier lors de notre stage de juillet 2017 à French in Normandy, une enseignante particulièrement impliquée dans l’APFM m’a invité à me joindre à leur congrès annuel avec ma panoplie usuelle de propositions pédagogiques. La thématique de ces rencontres, toutefois, avait été décidée avant même qu’on me sollicite. Suggérée par l’Insititut Français, premier collaborateur et aide précieuse aux actions de l’APFM, il s’était donc agi de faire le point sur la « perspective actionnelle ». La chose ne m’est pas étrangère, puisque je m’étais appliqué, avec toute l’équipe de l’Institut Français de Tokyo, de 2007 à 2011, à la mettre en place méthodiquement et à l’adapter au terrain d’enseignement où j’œuvrai alors (nous avions même organisé des GEP dans cette perspective, échanges et analyses de pratiques sur la base de films de classe en 2010). Mais bien sûr, près d’une dizaine d’années après son apparition et le retour de tentatives faites aux quatre coins du monde, je ne pouvais pas faire connaître le projet « d’approche actionnelle », ses théoriciens et ses concepts clés, sans amener mes stagiaires à l’envisager sous un angle critique (ce que nous avions nous-mêmes fait, avec Jean-Philippe Rousse et Gaël Crépieux, quand nous avions conçu Interactions, qui reprend tout des recommandations concernant l’approche par compétence du Conseil de l’Europe, en évitant soigneusement de l’adosser à un jargon encore à la mode, à cette époque, au moment de sa parution, et surtout, pour nous pédagogiquement flou et conceptuellement totalement praxéologique).   

J’ai fait de mon mieux pour faire comprendre l’enjeu de l’engagement d’une perspective actionnelle dans les classes, du développement du plurilinguisme et du pluriculturalisme, ce projet du Conseil de l’Europe auquel, d’ailleurs, j’adhère intégralement. Il ne pouvait de toute façon que résonner fortement aux oreilles monténégrines, où un écho des bombardements pas si lointains dans le temps sur les Républiques proches est encore perceptible. Mais je ne peux m’empêcher de me demander, après nos séances de travail, si les réflexions menées sur les « tâches » et autres « projets » de classe, leur dimension « d’agir social », « réels » ou « réalistes », correspondent comme cela le devrait aux préoccupations de terrain des enseignants qui sont, comme partout – mais peut-être avec un peu plus d’urgence ici – de donner envie aux apprenants de participer dans la classe de français, d’y venir avec la joie au ventre, de réussir à leur faire utiliser aisément notre langue française avec un phrasé adéquat et précis. J’espère donc que les flèches lancées en direction de l’approche méthodologique canadienne qui a été évoquée leur donneront l’envie d’en savoir plus et, qui sait, me donneront une nouvelle fois l’occasion de revoir les chatoiement suaves du soleil reflété par la mer Adriatique et d’écouter une nouvelle fois les voix magiques de ces magnifiques professeurs des Balkans chantant à l’unisson.



 

Où l’approche neurolinguistique a passé un CAP (Congrès Asie Pacifique)


Du 20 au 24 Septembre 2017, le IVe CAP (Congrès Asie Pacifique) de la FIPF s’est tenu à l’Université de Kyoto et à l’Institut français du Japon-Kansai. Un moment charnière dans l’évolution de l’enseignement du FLE.



Congrès Asie PacifiqueFrench in Normandy est, à ce jour, la seule école de France a avoir porté un intérêt à l’Approche Neurolinguistique.
Elle a embauché ces deux dernières années trois enseignants formés à cette approche, les seuls à la pratiquer dans toutes l’Europe jusqu’à maintenant. Sans avoir mis en œuvre une réforme intégrale ou brutale de ses pratiques pédagogiques, elle encourage l’adaptation progressive  et contextualisée des stratégies d’enseignement proposées par cette méthodologie, initialement élaborée au Canada, puis qui a essaimé en Chine et se développe actuellement de plus en plus au Japon, en Colombie ainsi qu’en Iran.

J’avais été à l’origine de la première formation initiale, complète, à la fois théorique et pratique, à cette approche – désignée sour l’acronyme ANL – au Japon, en mars 2015. C’est à ce titre que j’ai été sollicité, il y a quelques mois, pour intervenir au quatrième congrès de la Fédération Internationale des Professeurs de Français pour la zone Asie, à y présenter l’état actuel de mon travail concernant ce domaine, que je mène en collaboration avec le Dr Steeve Mercier de l’université Laval, et à participer à une table ronde sur les difficultés relatives à l’adoption de ce « nouveau paradigme » pédagogique.Congrès Asie Pacifique

Les cinq journées qui viennent de se dérouler, dans le magnifique cadre de l’université de Kyoto et de l’Institut
Français de cette même ville, auront fait  battre mon cœur à plus d’un titre. Tout d’abord, parce que les Congrès Asie Pacifique de la FIPF sont un évènement majeur pour la diffusion de la langue et de la culture de France, évidemment, mais aussi parce que c’est au travers de ces congrès que j’ai perçu, il n’y a pas loin d’une dizaine d’année, l’ampleur et l’enjeu de la diversité des langues française et des cultures francophones. Il y a, lors de la rencontre des enseignants de langue de pays aussi variés que l’Australie et le Vietnam, l’Inde et la Mongolie, la Nouvelle-Zélande et la Corée (pardon pour la longue liste des pays participants que je ne peux prendre la peine d’énumérer dans ces quelques lignes), quelque chose d’extraordinaire qui se joue pour notre idéal de paix mondiale. Au travers des échanges d’idées et de pratiques pédagogiques, au travers de débats, parfois acerbes, les esprits s’éclairent d’idées lumineuses. Une averse de ces petits moments d’intercompréhension où les différences culturelles se trouvent dépassées par la passion pédagogique qui nous relie.

Les incompréhensions, toujours possibles avec ceux dont on ignore tout, sont convertis en un accès à l’altérité. Malgré les coutumes et les postures liées à la fonction et à la nation d’appartenance, tous tendent la main et l’oreille pour se dire et se comprendre. Le type d’évènement, donc, qui trace le sillon d’un avenir un peu plus optimiste que celui qui nous est quotidiennement présenté par les médias grands publics. 

Congrès Asie PacifiqueLe Congrès Asie Pacifique de la FIPF a fait battre mon cœur parce qu’il s’est tenu au Japon, pays où j’ai passé un tiers de mon existence, pays qui a guidé ma démarche intellectuelle durant le double de temps, avec lequel je me suis marié mais qui, s’il fait définitivement partie de mon foyer, est actuellement géographiquement éloigné pour moi. J’étais donc très heureux que ce magnifique évènement francophone se tienne dans ce pays unique à tout autre pour moi, et aussi très fier que le Japon m’ait invité à me joindre à lui à cette occasion, à Kyôto, la capitale impériale, splendide incarnation urbaine de l’esthétique traditionnelle nippone. On ne pouvait souhaiter un espace plus resplendissant pour les retrouvailles de ces Lumières francophones du grand est.

Enfin, ce CAP FIPF me paraît marquer un tournant dans l’histoire de l’enseignement des langues ou, à tout le moins, pour l’enseignement du FLÉ/FLS, car, depuis un peu plus de 9 ans que j’ai découvert l’approche neurolinguistique, je dois dire que, pour pragmatique que soit son orientation et empirique que soit sa démarche, c’est bien la première fois qu’elle n’est plus évoquée en terme de curiosité pédagogique mais bien présentée comme une perspective essentielle et à prendre en compte pour répondre au besoin actuel d’un enseignement efficace des langues. Le Cadre Européen de Référence pour les Langues est dans tous les esprits désormais. Nous autres enseignants de langue savons où nous devons mener nos apprenants. Le « quoi » apprendre ne fait plus guère difficulté. Mais le « comment » l’enseigner continue à poser des problèmes. Faire non pas seulement apprendre des langues mais bien les acquérir, au sens de développer une habileté à communiquer réellement, avec aisance et précision, voilà l’enjeu. C’est pour moi, à n’en pas Congrès Asie Pacifiquedouter, parce que les propositions de l’ANL répondent à ces préoccupations des enseignants que nous avons pu assister, lors du congrès de cette année, à plus de dix présentations portant sur les techniques pédagogiques des praticiens de cette approche, puis à la table ronde extrêmement constructive portant sur « les difficultés d’implantation de l’approche neurolinguistique en milieu asiatique » qui aura clôt les échanges.

L’assemblée des enseignants, des universitaires et des institutionnels rassemblés y ont en effet dégagé l’idée que, pour ceux qui auront choisi une démarche scientifique, s’appuyant sur une théorie de l’acquisition empiriquement fondée et prônant l’évaluation des résultats des stratégies d’enseignement, il n’est plus temps de se préoccuper des difficultés liées à des oppositions de principe, de posture ou d’organisation : désormais, il devra s’agir d’analyser les contraintes propres à tout cadre éducatif afin de pouvoir tirer profit, là où on enseigne, des résultats enthousiasmants du FI (Français Intensif), mouture initiale de l’approche développée au Canada, et actuellement toujours modèle des dispositifs ANL qui ont pu se développer aux quatre coins du monde.

En bref, l’intérêt grandissant manifesté pendant ces cinq jours dans les discussions et les demandes de formation pratique qu’on m’a faites pour cette méthodologie, qui aura vingt ans l’année prochaine, témoigne que, manifestement, l’ANL a passé un cap !

Olivier Massé
Kyoto, Japon


 

 


 

« Une langue proche pour aller loin » …

« Une langue proche pour aller loin », ou l’enjeu de l’interculturel que dévoilent les préoccupations linguistiques

L’azur lumineux du ciel de méditerranée, pourfendu par les fumées de l’Etna, nous rappelle qu’ici Ulysse dut trancher la tête de la Méduse à l’aube de nos civilisations. Splendeur de l’architecture arabonormande, parfois teintée de mosaïquesles preoccupations linguistiquesbyzantines, l’omniprésence des églises aurait pu être accablante si chacune d’elle n’était une pièce incomparable dans un défilé de chefs d’œuvre extraordinaires qui nous racontent mille an d’histoire de l’art. La Sicile, à la croisée des mondes grec, carthaginois, romain, puis arabe, normand, ottoman, espagnol… et il m’en manque certainement…

Quel cadre extraordinaire pour ces quatre journées de formation (Palerme, Caltanissetta, Catane, Barcellona Pozzo di Gotto) consacrées à former des formateurs à devenir à leur tour… formateurs de formateur. Bon, j’en conviens, cette espèce de périssologie est fort lourde et le premier qui l’a commise a fait preuve d’une évidente maladresse dans sa formulation ; néanmoins, c’est bien le terme consacré dans le monde de la formation, notamment, chez les profs de langue. On m’a donc demandé d’intervenir auprès de professeur d’écoles, de collèges ou de lycées de l’île du sud de l’Italie, qui auront bientôt en charge l’accompagnement d’autres enseignants qui devront, eux, introduire la langue et la culture française à des petits du primaire et aussi de maternelle.

Quand bien même j’ai eu le bonheur d’enseigner le théâtre et le kendô à des enfants, à vrai dire de tous âges, quand j’étais encore tout jeune homme, je dois avouer que j’étais assez inquiet de cette rencontre avec ces professeurs italiens, car je n’ai jamais enseigné le français langue étrangère à des petits (même si j’ai plusieurs fois accompagné quelques professeurs dans la mise en place de leurs dispositifs de classe alors qu’ils se préparaient à entreprendre des « cours enfants » en Asie). Bref, j’allais avoir affaire à des enseignants ayant nécessairement une bien plus grande expertise de ce qui serait à transmettre à leurs stagiaires, futurs professeurs de français, que moi-même. Comment aborder la chose ?

Les années passées à mettre en œuvre plusieurs actions de démarches qualité pour les Instituts Français, d’une part, ainsi que les travaux de réflexivité pédagogique menés lors des séances du module Pratique de classe pour le DUFLE Japon, d’autre part, les formations « kaizen » données en Alliance Française, enfin, m’ont cependant appris à faire formuler, par les enseignants, les objectifs, les étapes et les démarches nécessaires à l’élaboration des processus de formation adaptés à leur cadre d’action.

C’est ainsi que, avant de livrer quelques outils pratiques et, surtout, de rendre compte des parcours déjà suivi par d’autres enseignants pour réaliser des outils de formation utiles, nous avons d’abord défriché le terrain pédagogique sicilien à partir d’une maïeutique des spécificités de leurs apprenants. J’en tire deux observations remarquables, dignes, me semble-t-il, d’être livrées à la communauté des lecteurs numériques de mes méditations pédagogiques.

Tout d’abord, lorsqu’on interroge les enseignants italiens sur le ressenti de leurs élèves, ou bien des parents de leurs élèves, ceux-ci nous disent que leurs principales préoccupations par rapport à la langue française sont… la prononciation et la grammaire. La prononciation et la grammaire ? J’ai trouvé cela assez surprenant, car, de mon côté, une belle histoire d’amour, qui m’a fait passer de l’adolescence à ma vie de jeune homme, m’a permis d’apprendre la langue italienne sansque jamais je ne me questionne ni sur l’une, ni sur l’autre. Et d’ailleurs, ma petite amie de l’époque (qui est désormais, elle même aussi, professeur de langue à New York) ne me semble pas avoir exprimé la moindre difficulté quant à ces deux points quand, en parallèle, elle a appris la langue française. Prononciation ? Grammaire ? Pourquoi ces réactions ? Pourquoi ces inquiétudes linguistiques ? Je vous avoue que j’ai la réponse clairement en tête, de même que les moyens de les guérir définitivement et assez aisément. Mais je ne vous livrerai mon secret que si vous suivez une formation en neurolinguistique !

Surtout, ce dont je voudrais prendre acte aujourd’hui, c’est le fait que, quelques soient les langues, qu’elles soient considérées comme « lointaines » (comme le japonais, le swahili ou le chinois) ou qu’il s’agisse de langues dites « proches » (en l’occurrence pour nous les langues romanes, – italien, espagnol, portugais, roumain et quelques autres), ce qui achoppe, quand elles sont apprises en classe, c’est systématiquement la même chose : prononciation et grammaire. Cela révèle assez nettement que la catégorisation en « langues proches » et « langues lointaines » n’est manifestement d’aucune utilité pour les enseignants, qui sont systématiquement confrontés aux mêmes difficultés, quelles que soient les langues. Catégorisation linguistique, descriptive donc, dont on ne voit guère ce qu’on peut en tirer du point de vu pédagogique s’il s’agit de développer l’aisance dans l’échange en langue étrangère.

Dans le même temps – et c’est la seconde chose que j’ai retenu de cette première expérience sicilienne – il est bien évident qu’il y a un accès aux « langues voisines » beaucoup plus rapide, parfois même presque immédiat, tant qu’il y a une transparence dans le lexique, dans les structures, dans les manières de se comporter et les référents culturels. Cela dit, il faut rester prudent : les faux-amis sont légions dans le lexique et, quand aux codes gestuels, il s’en trouve aussi. Bien sûr, on ne peut pas décoder le sens de la tête incliné des Japonais tant qu’on n’a pas appris ce code de leur langue silencieuse, mais il serait naïf de croire que les mouvements de mains qui accompagnent les propos des Italiens ne sont que des jeux d’emphase et des appels à la connivence, – certains se trouvant être de véritables phrases à part entière qui n’ont pas d’équivalent en français.

Retenons en tout cas que les locuteurs de langues latines peuvent aisément entrer dans les textes qui sont écrits dansd’autres langues latines et, ce faisant, faire l’expérience de… ce que… finalement, il ne comprennent pas, ou pas bien. En fait, contrairement à la confrontation à une langue-culture très éloignée, qui exige beaucoup de patience dans l’apprentissage avant de rendre possible la découverte de l’inattendu, l’entrée dans les langues proches permet – si j’ose dire, à moindre frais – de faire l’expérience interculturelle fondamentale de la différence et de la proximité. En apprenant les langues, en côtoyant leurs locuteurs surtout, on découvre des habitudes qu’on ignore, des comportements inattendus qui sont usuels chez d’autres peuples et qui rendent relatives nos évidences. C’est le point de départ du développement des compétences intercuturelles : capacité à identifier ses représentations, à les relativiser, à concevoir que d’autres représentations sont possibles, à juger de la valeur d’universalité – ou non – de certaines attitudes et de certains comportements.

Voilà un argument de poids pour encourager les petits européens à se jeter sans hésiter dans l’expérience de l’apprentissage d’une langue proche. « Une langue proche pour aller loin », brillante formule promotionnelle forgée par l’Institut Français d’Italie. Car là se trouve l’enjeu éducatif de l’apprentissage du français par les petits italiens – et il devrait en être de même de l’apprentissage de l’italien par les petits français : former aussi tôt que possible des citoyens européens, dont les aptitudes interculturelles les rendront capables de dialoguer ensuite avec le monde entier !

Olivier Massé
Palerme, Sicile, le samedi 16/09/2017

 


 

3 reasons why you should do it | My Internship at French in Normandy


“Opportunity never knocks twice”

By Christina Mitzali


One of the greatest experiences of my life has come to an end. Many memories flood my mind while I was packing my stuff to travel back in Greece and so here I am writing this article, even if I don’t usually write, for an experience worth sharing. Once I read on a wall : ”Opportunity never knocks twice”. Well there are many reasons I am glad I didn’t let this opportunity go and to sum up here are the three reasons one shouldn’t loose such opportunity.

The vastness, the beauty of Normandy

Normandy is a very impressive region. In my opinion there is none who wouldn’t feel impressed by its huge green fields, the sea and the history that is written on this land. And of course I have to admit that I never saw so many cows before in my life, well that’s how all this variety of cheese is explained. If you are a cheese lover you should definitely spend some months in Normandy, trust me you won’t regret it! Another thing that you should see at least once in your life is the traditional houses of the region , with their beautiful gardens and their exceptional architecture that makes you feel like you are participating in an ”Astérix et Obélix” movie. You wil find many of this houses in your way to
Etretat, I am sure you wouldn’t miss such an incredible landscape. It has been a while since I visited the ”Falaise d’Etretat” but this image always remains in my mind, proving the majesty of mother nature. But that is not the only proof. There is no doubt that mother nature has been generous to Normandy, that was my thought when I saw Mont Saint-Michel a tidal island included in the UNESCO list of World Heritage Sites, because of its history and its natural beauty combined with the exceptional architecture people created to reach the peak of the beauty of the island. One more thing I wouldn’t forget to include in this section is ”Les plages du débarquement” the beaches of Normandy where the D-Day Landing happened on 6th June 1944. And the best thing is that all these destinations are easy approachable from Rouen! Thank you French in Normandy for your perfect location.

In French in Normandy you feel well

“En Normandie il fait froid mais les gens sont chaleureux” this is what locals say and to sum up it means “a cold region but with warm people” . Well you can’t be sure about this until you meet the people in French in Normandy. Each of them will stay in my heart and I hope while reading this they will know how much I have appreciated their hospitality and their kindness. The things they taught me and the motivation they gave me to discover my strengths and develop my skills. The best thing about the team of French in Normandy is that everyone’s opinion matters, even if you are an intern, an administrative employee,an accountant, a teacher or a manager. Sharing is caring so don’t be afraid to share your ideas with the team! What you will love also there is the intercultural environment. In my case I am glad that i met people from all around the world and together we practiced our French while we were learning for each others culture. Last but not least, French in Normandy is Erasmus+ friendly. I have to admit that making an internship in lovely France with lovely people and having in the same time the help of Erasmus+ is like a dream. This internship will be well recognized in my diploma and will give me a strong advantage in the job market.

Because in France… La vie est belle!

Who hasn’t imagine a to spend a day in the city of lights? Who hasn’t wish to speak the language of love?

Who doesn’t dream to taste the real French cuisine?

These and even more I had the chance to experience during my internship and certainly are some of the best experiences of my life. After these experiences I have no choice but to agree with Audrey Hepburn who supported that Paris is always a good idea. Well the Eiffel Tower, the Louvre, the Avenue des Champs-Élysées are always a good idea. But there are more things to do in Paris. For Disney lovers let’s not forget that the one and only Disneyland in Europe is located in Paris. On the other hand if you are not so interested in Disney but you still love attraction parks you, you shouldn’t skip visiting “Parc Astérix”. This article wouldn’t be complete without festivals. Voilà, France loves festivals and I have to say thank you France for giving me the opportunity to enjoy your festivals. And of course, thank you France for giving to world the French cuisine, however I will not say anything about the cuisine and I will just invite you in France to take a real taste…


Contact us if you’re interested in taking an internship in France.

Témoignage de Yui TAKEUCHI | French in Normandy Review

Témoignage et conseils de Yui TAKEUCHI, qui vient d’obtenir brillamment son DALF C1 après seulement 9 mois d’apprentissage du français à French in Normandy !

FIN : Depuis combien de temps est-ce que vous étudiez le français et pour quelle raison  ?

J’ai étudié le français pendant 9 mois au total. C’était important pour moi, parce que la langue française est utilisée dans les organisations internationales où j’aimerais travailler dans le futur. J’ai trouvé ça passionnant. De plus, je voulais l’apprendre pour être plus compétente et faire la différence dans notre monde actuel où la plupart des gens savent déjà parler l’anglais en plus de leur langue maternelle.

FIN : Vous avez commencé dans notre école… à partir de zéro ! Qu’est-ce qui aura été le plus difficile dans votre apprentissage du français ?

Évidemment, étant japonaise, la prononciation a été une difficulté, et ma connaissances de l’anglais me gêne encore lorsque je veux prononcer les mots qui sont similaires au français. Mais, au début de mon apprentissage, le problème a été plutôt le manque de vocabulaire.

FIN :  Au terme de ces neuf mois, quelle sera le meilleur souvenir que vous remporterez avec vous de votre séjour à French in Normandy ?

J’étais ravie quand je pouvais communiquer sans problème avec les Français, et les amis du monde entier que je me suis faite à l’ecole sont aussi un de mes meilleurs souvenirs.

FIN : Si vous deviez donner un conseil à quelqu’un qui débute le français et qui vient apprendre ici à Rouen, qu’il soit japonais ou pas, qu’est-ce que vous lui diriez  ?

J’aimerais lui dire qu’il faut être extrêmement attentif et sensible aux mots et expressions qu’il ne connait pas dans les phrases qu’il découvre. Il est aussi important d’essayer d’exploiter dans ses productions tout ce qu’on apprend au jour, en classe et hors la classe pour, pour enrichir ses variations lexicales. Ensuite, il est important d’établir sa propre méthode de travail et de ne pas rester passif à attendre que les profs vous disent quelque chose. Pour ma part, j’ai systématiquement noté toutes les expressions que je ne connaissais pas et que les profs utilisaient, même les mots les expressions familières, pour pouvoir profiter au maximum de chaque instant de la classe. Parce que, finalement, ce ne sont ni les profs, ni les familles d’accueil, ni même les amis qui vous font apprendre le français, c’est toujours par soi-même qu’on progresse, en déterminant ses propres objectifs d’apprentissage étape par étape.