Posts

You are learning because you want to learn | Student Blog

Let’s see how Alan is getting on at French in Normandy with this latest update…


Well its getting a little tougher now! We have begun to look at ‘au present simple’ and ‘passe compose’ – in other words present and past tense! When they start discussing ‘conjugasion’ and reflexive verbs, I struggle. I never learnt this in English let alone in French! However, I’m not feeling too bad about it as although it is taking some concentration it is beginning to register slowly in my very small and very old brain!

The other interesting change is the way that within only two weeks this small international fraternity of students begin to mould into small friendships. Mind you, every now and then someone new appears – a new starter, and someone disappears – either finished and off home, or worse for one’s self-esteem they have been moved to a different group, presumably because they are too good for us beginners. At first, you feel a little piqued and then as Eleri, our seat of all wisdom, remarked “Well, how long did it take you to learn your first language?”. You then realise it’s not a competition here. You are learning because you want to learn, and you learn at whatever pace is right for you. It relaxes you when you accept this.

Every morning there is a little congregation outside the entrance to the school that greet each other warmly with little smiles of embarrassment in their new-found French. Each day there are new phrases added to the vocabulary that we all try out on each other, and if you happen to say something not quite correct to someone who is a couple of groups ahead of you, they gently smile and educate you in the correct way – regardless of age by the way, the other day a 17-year-old Japanese girl corrected my pronunciation, thank you Mina! Its all done with the best intentions and a far cry from the bullying aggressive attitude of my inner-city school gate; oh so, so, so long ago!

Beautiful Normandy Countryside

It’s quite sweet and makes you feel part of one big, probably slightly, dysfunctional family.

As for life ‘en France’, is it becoming easier and more familiar? Peut-être (perhaps). I visited Fontainebleau, south-west of Paris last week-end. It’s worth a visit for the palace alone. Anyway, I was quite confident as I checked in to my hotel, announcing in a strong voice in French that they should have a reservation for me? Trouble is, one should also remember that the quicker and more confident one sounds the quicker and more complex they respond. C’est une problem. This left me feeling a little awkward and embarrassed as I had to ask them to repeat their question ‘lentements, s’il vous plait!’. They then glance slightly despairingly at the heavens and respond with near perfect English, which of course does not help me improve my French one little bit. I have to say, in a mild defence of the majority of my countrymen, it is quite difficult to learn a foreign language when you are British because a) which one do you choose? And b) everyone by now speaks near perfect English and cannot be bothered to help educate us. I don’t blame them, but it does sometimes get a little frustrating, but then the whole of the French nation is not here to teach me French. Damn my arrogance!

So another week over. I’ll keep you posted on progress.

Alan


 

First week back at school – Part Deux | Student Blog

We’re back with Alan, from Stratford upon Avon, Home of William Shakespeare. Alan is a young 57 year old student who has come to Rouen to learn French before a) embarking on a 1000 mile horse trek on the Route D’Artagnan through France and into Italy and b) with a view to living in France permanently. Read on to learn more about his first week as a student at FIN…


Salut, everyone! It’s now one week since I started at French in Normandy. I confess to being really tired at the end of each days lessons which seem to fly by. For the first time ever I have been able to understand NUMBERS in French! I always used to know how to count to about fifty, after that I could never work it out but I now know, understand and can calculate the numbers. That said, when you finally manage to understand how they build the numbers up in the language it seems very bizarre as an Englishman. Basically, they say for example; for seventy-seven – sixty plus seventeen! Which is soixante-dix-sept. Eighty is four times twenty – Quatre-vingt and ninety is four time twenty plus ten, in otherwords Quatre-vingt dix! I’ll let you work out what sixty nine is! Now I bet that has confused you all but our excellent Professeur, the slightly mad Viktor, makes it seem so normal and easy. Literally within one lesson I could understand and work out the numbers and even understand them when they were being said to me. Brilliant.

This week has also explained simple stuff like asking for someone’s email address and business card. Where they live? What they do for a living? Do they have a mobile number? Basically all the things you need when you want to start to exist and talk to someone in France.

What I think is very cool about the way we are taught is that it all comes mixed up within building the conversation. You learn to listen, to pronounce; then get to read it and then write it. By the time you have done that the phrases and words you have learned stay stuck in your brain without you realising it.

The best bit is that although Viktor has a structure to the lesson, if the students (étudiant(e)s en français) start to converse in French on a different subject he lets the subject run, interjecting and adding to our knowledge, using the internet in conjunction; to help us grow our vocabulaire and our comprehension. Just so unlike the school lessons I used to have!

I also went on a trip this week, with some of the students and a teacher, the lovely Christine, to Honfleur. It’s a beautiful port just thirty five minutes drive from Rouen. I had been there before years ago but going with fellow students and a French Professeur made it all seem slightly less like a tourist town. I’m sure I spotted some fellow Brits so I ducked my head and avoided eye contact and spoke French loudly so they didn’t recognise me as a brit as well. Nothing could be worse!

The weekend for me has been spent exploring a few French villages and enjoying very tasty French food and ‘les vins‘ – in the words of the advertisement – “le pain, du vins et le Boursin” except it was infinitely better local “fromages des pays“. All in all a very happy and satisfactory first week ‘en france‘. I’ll keep you posted next week.

Alan


French in Normandy Review: Mia & Sinead talk about studying French in Rouen

French in Normandy Review

Mia & Sinead are from Dublin, Ireland and are studying the French language at French in Normandy in Rouen before starting classes at a French lycée. In this video they talk about how studying at French in Normandy is helping them achieve their goals, which activities they like and what it’s like living with a French host family. Check out this French in Normandy review video.


Formation de formateurs: Une perspective actionnelle pour le français au Monténégro


L’enseignement par les tâches répond-t-il aux besoins des enseignants de français dans les Balkans ?



Un ciel cérulescent sur une mer d’azur aux reflets turquoise dessine les contours de rochers déchirés qui se glissent en douceur sous ce voile que paraît être l’Adriatique, à ma droite. À ma gauche, ce sont les sommets enneigés des Alpes dinariques qui renvoient la lumière du soleil pour découper l’horizon.  La splendeur de la côte monténégrine est difficile à décrire. Quelques kilomètres de routes et la roche ocre et tannée, persillée de conifères odoriférants, se métamorphose en blocs superposés de granits usés, habités ça et là d’arbustes au feuillage chatoyant déjà des rougeurs multiples d’un automne qui semble pourtant encore lointain au voyageur d’Europe du Nord que je suis, tant l’air est doux et embaume la Méditerranée. Crna Gora, les Montagnes Noires, qui ont donné leur nom à ce pays.

Je ne soupçonnais pas ma chance quand j’ai été invité par l’association des professeurs de français du Monténégro, je ne soupçonnais pas le cadre dans lequel j’allais être reçu ; depuis ma chambre d’hôtel, un paysage sorti d’un film de Frederik Rossif.

L’équipe au grand complet des organisateurs et des membres de l’APFM est d’une vaillance prodigieuse. Les conditions du déploiement – ou devrais-je plutôt dire du maintien – de l’enseignement du français dans ce petit État yougoslave, indépendant depuis 2006, sont en effet particulièrement ténues. La lutte des langues y a toujours été vivace, évidemment. Autrefois à l’interface des empires austro-hongrois et ottoman, lieu d’intérêt géopolitique et de villégiature des empires napoléonien et russe également, les habitants du Monténégro ont toujours dû tantôt sourire et tantôt grogner, tantôt se soumettre et patienter afin de pouvoir, enfin, se révolter, pour que survive leur identité joyeuse, noble, indéfiniment mélancolique et, surtout, résolue à être. Qu’il est complexe, également, d’avoir en partage avec ses voisins une même langue (le serbo-croato-bosnico-monténgrain… mais pourquoi diable ne pas l’appeler tout simplement le « jezst », la langue ?) et, pourtant, de ne pas constituer le même peuple. La période yougoslave, qui avait su les rassembler sous la botte de Tito, y avait partiellement réussi. Une nostalgie de cette réussite fédérale est perceptible, mais que personne n’ose affirmer désirer revivre, car le spectre totalitaire n’inspire vraisemblablement aucune des âmes éprises de liberté que j’ai pu rencontrer à Rafajlovici.

Aujourd’hui, alors que la principale opportunité professionnelle des jeunes paraît de plus en plus se réduire soit au tourisme, soit à l’émigration, les choix faits par les responsables en terme de programme d’éducation aux langues se tournent, donc, essentiellement, vers ceux, parmi les idiomes des voisins, qui pourront permettre d’accueillir et de vendre du service, ou bien alors d’ouvrir la porte d’une émigration organisée et prometteuse d’une carrière véritable et d’une vie apaisée. Sur ce plan-là, notre voisin germanique, qui a bien conscience de son besoin d’aspirer les cerveaux bien formés des pays satellites de l’Europe et plus pauvres, ne masque pas un instant sa volonté de ratisser dès les bancs du collège. Et puis les Russes sont les plus nombreux sur les plages et dans les boîtes de nuit. Pour le français, l’image – et l’héritage – aristocratique paraît avoir de plus en plus de mal à faire son effet, la tendance du siècle étant manifestement au pragmatisme de l’urgence.

Ce n’est pas sans fierté, cependant, que les professeurs de français du Monténégro parlent de leur grand roi Nikola II, francophile engagé, qui fit venir de l’hexagone médecins et autres ingénieurs, pour faire sortir son pays du moyen âge post-ottoman et l’ouvrir au monde des échanges des biens et des idées.

C’est ainsi que, en recherche d’une manière d’enseigner plus efficace et saisie par la puissance pédagogique des propositions de l’approche neurolinguistique auxquelles elle a pu s’initier lors de notre stage de juillet 2017 à French in Normandy, une enseignante particulièrement impliquée dans l’APFM m’a invité à me joindre à leur congrès annuel avec ma panoplie usuelle de propositions pédagogiques. La thématique de ces rencontres, toutefois, avait été décidée avant même qu’on me sollicite. Suggérée par l’Insititut Français, premier collaborateur et aide précieuse aux actions de l’APFM, il s’était donc agi de faire le point sur la « perspective actionnelle ». La chose ne m’est pas étrangère, puisque je m’étais appliqué, avec toute l’équipe de l’Institut Français de Tokyo, de 2007 à 2011, à la mettre en place méthodiquement et à l’adapter au terrain d’enseignement où j’œuvrai alors (nous avions même organisé des GEP dans cette perspective, échanges et analyses de pratiques sur la base de films de classe en 2010). Mais bien sûr, près d’une dizaine d’années après son apparition et le retour de tentatives faites aux quatre coins du monde, je ne pouvais pas faire connaître le projet « d’approche actionnelle », ses théoriciens et ses concepts clés, sans amener mes stagiaires à l’envisager sous un angle critique (ce que nous avions nous-mêmes fait, avec Jean-Philippe Rousse et Gaël Crépieux, quand nous avions conçu Interactions, qui reprend tout des recommandations concernant l’approche par compétence du Conseil de l’Europe, en évitant soigneusement de l’adosser à un jargon encore à la mode, à cette époque, au moment de sa parution, et surtout, pour nous pédagogiquement flou et conceptuellement totalement praxéologique).   

J’ai fait de mon mieux pour faire comprendre l’enjeu de l’engagement d’une perspective actionnelle dans les classes, du développement du plurilinguisme et du pluriculturalisme, ce projet du Conseil de l’Europe auquel, d’ailleurs, j’adhère intégralement. Il ne pouvait de toute façon que résonner fortement aux oreilles monténégrines, où un écho des bombardements pas si lointains dans le temps sur les Républiques proches est encore perceptible. Mais je ne peux m’empêcher de me demander, après nos séances de travail, si les réflexions menées sur les « tâches » et autres « projets » de classe, leur dimension « d’agir social », « réels » ou « réalistes », correspondent comme cela le devrait aux préoccupations de terrain des enseignants qui sont, comme partout – mais peut-être avec un peu plus d’urgence ici – de donner envie aux apprenants de participer dans la classe de français, d’y venir avec la joie au ventre, de réussir à leur faire utiliser aisément notre langue française avec un phrasé adéquat et précis. J’espère donc que les flèches lancées en direction de l’approche méthodologique canadienne qui a été évoquée leur donneront l’envie d’en savoir plus et, qui sait, me donneront une nouvelle fois l’occasion de revoir les chatoiement suaves du soleil reflété par la mer Adriatique et d’écouter une nouvelle fois les voix magiques de ces magnifiques professeurs des Balkans chantant à l’unisson.



 

« Une langue proche pour aller loin » …

« Une langue proche pour aller loin », ou l’enjeu de l’interculturel que dévoilent les préoccupations linguistiques

L’azur lumineux du ciel de méditerranée, pourfendu par les fumées de l’Etna, nous rappelle qu’ici Ulysse dut trancher la tête de la Méduse à l’aube de nos civilisations. Splendeur de l’architecture arabonormande, parfois teintée de mosaïquesles preoccupations linguistiquesbyzantines, l’omniprésence des églises aurait pu être accablante si chacune d’elle n’était une pièce incomparable dans un défilé de chefs d’œuvre extraordinaires qui nous racontent mille an d’histoire de l’art. La Sicile, à la croisée des mondes grec, carthaginois, romain, puis arabe, normand, ottoman, espagnol… et il m’en manque certainement…

Quel cadre extraordinaire pour ces quatre journées de formation (Palerme, Caltanissetta, Catane, Barcellona Pozzo di Gotto) consacrées à former des formateurs à devenir à leur tour… formateurs de formateur. Bon, j’en conviens, cette espèce de périssologie est fort lourde et le premier qui l’a commise a fait preuve d’une évidente maladresse dans sa formulation ; néanmoins, c’est bien le terme consacré dans le monde de la formation, notamment, chez les profs de langue. On m’a donc demandé d’intervenir auprès de professeur d’écoles, de collèges ou de lycées de l’île du sud de l’Italie, qui auront bientôt en charge l’accompagnement d’autres enseignants qui devront, eux, introduire la langue et la culture française à des petits du primaire et aussi de maternelle.

Quand bien même j’ai eu le bonheur d’enseigner le théâtre et le kendô à des enfants, à vrai dire de tous âges, quand j’étais encore tout jeune homme, je dois avouer que j’étais assez inquiet de cette rencontre avec ces professeurs italiens, car je n’ai jamais enseigné le français langue étrangère à des petits (même si j’ai plusieurs fois accompagné quelques professeurs dans la mise en place de leurs dispositifs de classe alors qu’ils se préparaient à entreprendre des « cours enfants » en Asie). Bref, j’allais avoir affaire à des enseignants ayant nécessairement une bien plus grande expertise de ce qui serait à transmettre à leurs stagiaires, futurs professeurs de français, que moi-même. Comment aborder la chose ?

Les années passées à mettre en œuvre plusieurs actions de démarches qualité pour les Instituts Français, d’une part, ainsi que les travaux de réflexivité pédagogique menés lors des séances du module Pratique de classe pour le DUFLE Japon, d’autre part, les formations « kaizen » données en Alliance Française, enfin, m’ont cependant appris à faire formuler, par les enseignants, les objectifs, les étapes et les démarches nécessaires à l’élaboration des processus de formation adaptés à leur cadre d’action.

C’est ainsi que, avant de livrer quelques outils pratiques et, surtout, de rendre compte des parcours déjà suivi par d’autres enseignants pour réaliser des outils de formation utiles, nous avons d’abord défriché le terrain pédagogique sicilien à partir d’une maïeutique des spécificités de leurs apprenants. J’en tire deux observations remarquables, dignes, me semble-t-il, d’être livrées à la communauté des lecteurs numériques de mes méditations pédagogiques.

Tout d’abord, lorsqu’on interroge les enseignants italiens sur le ressenti de leurs élèves, ou bien des parents de leurs élèves, ceux-ci nous disent que leurs principales préoccupations par rapport à la langue française sont… la prononciation et la grammaire. La prononciation et la grammaire ? J’ai trouvé cela assez surprenant, car, de mon côté, une belle histoire d’amour, qui m’a fait passer de l’adolescence à ma vie de jeune homme, m’a permis d’apprendre la langue italienne sansque jamais je ne me questionne ni sur l’une, ni sur l’autre. Et d’ailleurs, ma petite amie de l’époque (qui est désormais, elle même aussi, professeur de langue à New York) ne me semble pas avoir exprimé la moindre difficulté quant à ces deux points quand, en parallèle, elle a appris la langue française. Prononciation ? Grammaire ? Pourquoi ces réactions ? Pourquoi ces inquiétudes linguistiques ? Je vous avoue que j’ai la réponse clairement en tête, de même que les moyens de les guérir définitivement et assez aisément. Mais je ne vous livrerai mon secret que si vous suivez une formation en neurolinguistique !

Surtout, ce dont je voudrais prendre acte aujourd’hui, c’est le fait que, quelques soient les langues, qu’elles soient considérées comme « lointaines » (comme le japonais, le swahili ou le chinois) ou qu’il s’agisse de langues dites « proches » (en l’occurrence pour nous les langues romanes, – italien, espagnol, portugais, roumain et quelques autres), ce qui achoppe, quand elles sont apprises en classe, c’est systématiquement la même chose : prononciation et grammaire. Cela révèle assez nettement que la catégorisation en « langues proches » et « langues lointaines » n’est manifestement d’aucune utilité pour les enseignants, qui sont systématiquement confrontés aux mêmes difficultés, quelles que soient les langues. Catégorisation linguistique, descriptive donc, dont on ne voit guère ce qu’on peut en tirer du point de vu pédagogique s’il s’agit de développer l’aisance dans l’échange en langue étrangère.

Dans le même temps – et c’est la seconde chose que j’ai retenu de cette première expérience sicilienne – il est bien évident qu’il y a un accès aux « langues voisines » beaucoup plus rapide, parfois même presque immédiat, tant qu’il y a une transparence dans le lexique, dans les structures, dans les manières de se comporter et les référents culturels. Cela dit, il faut rester prudent : les faux-amis sont légions dans le lexique et, quand aux codes gestuels, il s’en trouve aussi. Bien sûr, on ne peut pas décoder le sens de la tête incliné des Japonais tant qu’on n’a pas appris ce code de leur langue silencieuse, mais il serait naïf de croire que les mouvements de mains qui accompagnent les propos des Italiens ne sont que des jeux d’emphase et des appels à la connivence, – certains se trouvant être de véritables phrases à part entière qui n’ont pas d’équivalent en français.

Retenons en tout cas que les locuteurs de langues latines peuvent aisément entrer dans les textes qui sont écrits dansd’autres langues latines et, ce faisant, faire l’expérience de… ce que… finalement, il ne comprennent pas, ou pas bien. En fait, contrairement à la confrontation à une langue-culture très éloignée, qui exige beaucoup de patience dans l’apprentissage avant de rendre possible la découverte de l’inattendu, l’entrée dans les langues proches permet – si j’ose dire, à moindre frais – de faire l’expérience interculturelle fondamentale de la différence et de la proximité. En apprenant les langues, en côtoyant leurs locuteurs surtout, on découvre des habitudes qu’on ignore, des comportements inattendus qui sont usuels chez d’autres peuples et qui rendent relatives nos évidences. C’est le point de départ du développement des compétences intercuturelles : capacité à identifier ses représentations, à les relativiser, à concevoir que d’autres représentations sont possibles, à juger de la valeur d’universalité – ou non – de certaines attitudes et de certains comportements.

Voilà un argument de poids pour encourager les petits européens à se jeter sans hésiter dans l’expérience de l’apprentissage d’une langue proche. « Une langue proche pour aller loin », brillante formule promotionnelle forgée par l’Institut Français d’Italie. Car là se trouve l’enjeu éducatif de l’apprentissage du français par les petits italiens – et il devrait en être de même de l’apprentissage de l’italien par les petits français : former aussi tôt que possible des citoyens européens, dont les aptitudes interculturelles les rendront capables de dialoguer ensuite avec le monde entier !

Olivier Massé
Palerme, Sicile, le samedi 16/09/2017

 


 

Témoignage de Yui TAKEUCHI | French in Normandy Review

Témoignage et conseils de Yui TAKEUCHI, qui vient d’obtenir brillamment son DALF C1 après seulement 9 mois d’apprentissage du français à French in Normandy !

FIN : Depuis combien de temps est-ce que vous étudiez le français et pour quelle raison  ?

J’ai étudié le français pendant 9 mois au total. C’était important pour moi, parce que la langue française est utilisée dans les organisations internationales où j’aimerais travailler dans le futur. J’ai trouvé ça passionnant. De plus, je voulais l’apprendre pour être plus compétente et faire la différence dans notre monde actuel où la plupart des gens savent déjà parler l’anglais en plus de leur langue maternelle.

FIN : Vous avez commencé dans notre école… à partir de zéro ! Qu’est-ce qui aura été le plus difficile dans votre apprentissage du français ?

Évidemment, étant japonaise, la prononciation a été une difficulté, et ma connaissances de l’anglais me gêne encore lorsque je veux prononcer les mots qui sont similaires au français. Mais, au début de mon apprentissage, le problème a été plutôt le manque de vocabulaire.

FIN :  Au terme de ces neuf mois, quelle sera le meilleur souvenir que vous remporterez avec vous de votre séjour à French in Normandy ?

J’étais ravie quand je pouvais communiquer sans problème avec les Français, et les amis du monde entier que je me suis faite à l’ecole sont aussi un de mes meilleurs souvenirs.

FIN : Si vous deviez donner un conseil à quelqu’un qui débute le français et qui vient apprendre ici à Rouen, qu’il soit japonais ou pas, qu’est-ce que vous lui diriez  ?

J’aimerais lui dire qu’il faut être extrêmement attentif et sensible aux mots et expressions qu’il ne connait pas dans les phrases qu’il découvre. Il est aussi important d’essayer d’exploiter dans ses productions tout ce qu’on apprend au jour, en classe et hors la classe pour, pour enrichir ses variations lexicales. Ensuite, il est important d’établir sa propre méthode de travail et de ne pas rester passif à attendre que les profs vous disent quelque chose. Pour ma part, j’ai systématiquement noté toutes les expressions que je ne connaissais pas et que les profs utilisaient, même les mots les expressions familières, pour pouvoir profiter au maximum de chaque instant de la classe. Parce que, finalement, ce ne sont ni les profs, ni les familles d’accueil, ni même les amis qui vous font apprendre le français, c’est toujours par soi-même qu’on progresse, en déterminant ses propres objectifs d’apprentissage étape par étape.

Enseigner les langues différemment ?

Cet été, French in Normandy a animé, en partenariat avec l’Université Laval au Québec, la première formation de formateurs en France en Approche Neurolinguistique. 

Cette méthodologie d’enseignement des langues étrangères, basée sur les avancées de ces vingt dernières années en neurosciences cognitives, se fonde sur la distinction des processus qui sont spécifiques à l’acquisition d’habiletés linguistiques, d’une part, et à l’apprentissage des savoirs langagiers, de l’autre.

Le stage certifiant qui vient d’avoir lieu a ainsi livré aux enseignants en formation l’ensemble des connaissances théoriques fondamentales nécessaires à l’expérimentation pratique, au sein de classes réelles, de la série des stratégies constitutives de l’ANL. Par la visée constante du développement del’aisance et de la précision lors de la formation à l’oral, à la lecture et à l’écriture, il s’agit d’optimiser le temps des classes en les inscrivant dans une perspective pédagogique de la littératie qui soit spécifique à l’apprentissage des langues étrangères.

Cette méthodologie, dont les résultats ont été évalués en Amérique du Nord et en Asie, vient de s’adjoindre l’enthousiasme d’enseignants de France, d’Allemagne, d’Italie, de Suisse et du Monténégro ayant suivi la première session de notre stage (écoutez leurs témoignages en ligne). Les prochaines sessions de formation auront lieu du 6 au 10 novembre 2017 à Rouen (France) et du 16 au 20 décembre 2017 à Québec (Canada).

Rejoignez-nous !

Olivier Massé / Steve Mercier, formateurs ANL

25 Years of French in Normandy

Since French in Normandy began 25 years ago we have had the pleasure of welcoming students from countless countries around the world. Students from all walks of life, with all different motivations have shared our passion for French language learning and teaching. A student’s success is our success and this shows in our exceptional exam pass rates and our growing network of alumni and agent partners worldwide.

Since FIN started in 1992, with no students and a dog, we have gone from strength to strength; each year striving to provide better education and service to our students.


Some of our highlights include:

Malika joining us in 1997. Our well-known and much loved operations manager who knows all the ins and outs of the school, always ready to assist in all areas with a smile.

Receiving the Qualité FLE label in 2007 for the first time, a confirmation of our exceptional teachers, curriculum, facilities and services.

Joining the beloved IALC family in 2007.

Winning Study Travel Magazine’s Best French Language School in 2008, 2009, 2010, 2011 and 2012! Voted by our valued partners, these awards have motivated to continue building and maintaining our important agent relationships and ensuring the total satisfaction of their clients.

In 2013 Melanie Raymond joined FIN, bringing her enthusiasm and experience to French in Normandy and taking special care of our partner’s needs.

Hosting the 2015 IALC workshop and showing off our beautiful city, Rouen.

Receiving the Qualité FLE label for third time with another three stars accreditation in 2016.

2013 – 2016. Incredible acknowledgement from our students by the way of voting us the Best Language School in France with Educations Stars for 4 consecutive years!

Recognition and support from our valued agents in Turkey, voted Best French Language School by UED from 2013 – 2016.

Through all this, we would like to thank all our host families, our partners in Normandy and abroad, and all our students past present and future for being part of the French in Normandy story.


Take a look back on French in Normandy in the gallery below…

 

 

Bibliothèque municipale de Sotteville- lès- Rouen

screen-shot-2016-10-25-at-12-50-32-pmC’est une bibliothèque municipale très jolie qui a plusieurs activités pour les personnes adultes, la jeunesse et il y a aussi d’espace pour les enfants.

Chaque espace est créé afin d’avoir la commodité complète pour les personnes qui aiment lire.

Cette bibliothèque a aussi des tarifs très agréables pour les personnes qui sont de Rouen et pour les étudiants, par exemple :

Sottevillais – 18 ans : Gratuit

Sottevillais + 18 ans : 8 €

Non sottevillais – 18  ans : 10 €

Non sottevillais + 18 ans : 20 €

Non sottevillais – 18 ans scolarisé sur la commune : 3 €

Elle offre de pouvoir emprunter au total 30 documents (tous supports confondus) et la durée de prêt est de trois semaine. Seuls les jeux sont limités à 2 emprunts par carte

screen-shot-2016-10-25-at-12-50-39-pmVous pouvez être inscrit dans la bibliothèque mais si vous ne voulez pas le faire, ce n’est pas un problème car vous pouvez aller à la bibliothèque et lire là.

La bibliothèque a environ 64000 volumes, entre roman, livre d’histoire, livres pour les enfants, de fiction, etcetera.

L’architecte Henri Gaudin a conçu ce lieu. Il a travaillé sur la circulation de la lumière et des personnes. La construction a été élaborée pour que toutes les personnes puissent marcher de façon très rapide et quand on monte les escaliers on peut voir combien il  a d’espace au premier étage de la bibliothèque.

Il a aussi un espace pour pouvoir apprendre différentes langues mais on doit être inscrit pour pouvoir utiliser ce « e-learning » avec les ordinateurs sur place, mais si on n’aime pas utiliser les ordinateurs de la bibliothèque, on peut aller à  la maison et avec n’importe quel ordinateur on peut aller sur le site internet avec un numéro d’inscription et un mot de passe.

screen-shot-2016-10-25-at-12-50-52-pmComme la ville est très étendue, la bibliothèque dispose d’un bibliobus pour aller dans 6 quartiers de la ville. Il y reste 2 heures pour que les habitants puissent profiter de livres, de CD et DVD.

Il y a également des animations comme la dictée, des ateliers d’écriture, des groupes de conversation pour les étrangers, des rencontres avec des auteurs et avec une librairie célèbre à Rouen… Pour y participer, il suffit de s’inscrire!

Un grand merci à Elisabeth qui nous a fait découvrir cet endroit magnifique!

Russel, Jasmin, Yuka, Ivan, Luis, JunWen, Victor, Moises, Frida, Damian et Nathalie

6 things you must see while studying French in Rouen

Cathedral Rouen

Stretched beside the Seine, Rouen is Normandy’s most beautiful city. It’s a city full with culture, history, gastronomy. This breathtaking place is home to the most famous gothic cathedral. But the cathedral is not the only reason why Rouen is so popular. It is also well-known for its prestigious former inhabitants, such as Joan of Arc, Flaubert, Monet and Corneille.

If you are one of those who are extremely lucky to have visited Rouen you already know what I’m talking about. For those who haven’t, I’m inviting you to come and enjoy it’s beauties. Furthermore, I’m inviting you to come and study French in Rouen. Besides improving your French, Rouen offers an amazing opportunities to immerse yourself in culture. Here in this blog I will list some interesting things to do while studying French in Rouen.

  1. Start with Cathédrale Notre-Dame. One of the largest and most impressive Gothic cathedrals in France is located in the old town’s heart. You will be amazed by its magnificent outlook which inspired a lot of famous people, among which was the painter Claude Monet. Take some time to absorb this view and let it inspire you. The inside of this gothic cathedral has its own story to tell, which I’m not going to reveal. My advice would be to visit it and see its beauties by yourself.
  1. Musée des Beaux-Arts. Another must see in Rouen is this art museum which is considered to be one of the most important in France. Here you can see many paintings, sculptures, and drawings that date from the 15th century to the 21st century.

untitled2

  1. Eglise Saint-Maclou. This jewel of the Flamboyant Gothic architecture is located only a short walk from the cathedral. Dedicated to St. Malo, this church was built in the 15th century. During the World War II this building was severely damaged. Lucky for us it was fully restored. Now we can enjoy the magnificent sight of this 5 bells church.
  1. Eglise Jeanne d’Arc. This church is dedicated to Joan of Arc. It was build at the Place du Vieux Marché in the exact spot where she was martyred and burned at stake. The design itself looks like the flames of the stake. I urge you to put this contemporary church, which is considered to be an inspiring place for spiritual worship, on your to see list for Rouen.

screen-shot-2016-09-26-at-9-19-00-am

  1. Big Clock Tower | Gros Horloge. This is another must see in Rouen. The Gothic belfry tower was built in 1389 for defensive purposes and the decorative clock dates from 1889. So take a moment and observe this magnificent piece of art and analyze the meaning of its elements.
  1. Place du Vieux Marché.  The old market place is the vibrant centre of Rouen, where you will find the church of Joan of Arc, the place where she was burned at the stake but also a lively market and many bars, shops and restaurants where tourists and locals alike spend their time. Not to be missed!screen-shot-2016-09-26-at-9-20-05-amTo sum up, Rouen is considered to be one of the most historic and cultural cities in France. The 6 places that I listed above are just a small portion of a very large treasure chest full with cultural and historic gems. Enter this chest and let yourself be taken back in time and history. Use every spare moment and immerse yourself in this majestic place.